logo travailler le social

11/01/2019

de l'usage de l'humour pour le travailleur social à partir d'une pratique professionnelle en protection de l'enfance

La protection de l’enfance. Des situations émotionnellement chargées. Des pratiques professionnelles qui se doivent d’intégrer et de gérer ces émotions. Le rire. Une solution ? Ethiquement acceptable ? Les réflexions d’une jeune professionnelle, Elise Guyomar, face à la complexité de la gestion de situations où le rire trouve sa place.

télécharger le pdf

23/11/2018

le secret professionnel, un outil pour soutenir les enjeux fondamentaux du travail social

Marc Chambeau, formateur à Cardijn (Helha) et membre du bureau du Comité de Vigilance en Travail Social (CVTS), nous livre ses réflexions quant au sens du secret professionnel dans les pratiques quotidiennes des travailleurs sociaux. Au contraire de ce que l’on pourrait penser, le secret professionnel engage à beaucoup dire. Beaucoup dire, mais pas n’importe comment. Dans le contexte de l’écriture de cet article (les modifications législatives en matière de secret professionnel), l’auteur rappelle les dimensions éthiques, déontologiques, mais aussi politiques du travail social.

télécharger le pdf

27/08/2018

j'ai fait le choix de discuter

Logane Langlois avait 21 ans en 2016, quand elle a écrit son travail de fin d'étude, à partir d’une expérience de stage au Centre de Jour communautaire en santé mentale «Feu Vert» à Québec. L’article qui suit est tiré de ce TFE.

télécharger le pdf

20/02/2017

manifeste du travail social

A l’heure ou le secret professionnel des travailleurs sociaux est malmené, le Manifeste rédigé par le Comité de Vigilance en Travail social (CVTS) prend toute sa pertinence en vue de réaffirmer les principes incontournables du travail social et de dénoncer la banalisation du non-respect de ceux-ci.

télécharger le pdf

20/01/2017

familles et intervenants, une alliance vers la bientraitance

A l’origine de la recherche action que nous vous présentons ici, le questionnement des travailleurs médico-sociaux de l’Office de la Naissance et de l’Enfance relatif à un malaise et des inquiétudes face à des situations dans lesquelles se confrontent la question du droit d’ingérence de l’intervenant et son seuil de tolérance vis-à-vis de pratiques familiales qui ne paraissent pas d’emblée concourir au bien-être de l’enfant, sans être clairement de la maltraitance avérée.
Les options prises dans cette recherche ont été d’une part, de réfléchir en termes de promotion de la bientraitance plutôt qu’en prévention de la maltraitance et d’autre part, de considérer la rencontre entre la famille et l’intervenant comme une relation interculturelle, dans laquelle une nécessaire mise à jour et une confrontation des représentations et des valeurs de chacun, doivent être mises en œuvre en vue de construire un projet commun autour de l’enfant.

De cette recherche a émergé un outil méthodologique développé en différents axes qui permet à l’intervenant de baliser et de structurer sa démarche réflexive visant un changement de pratiques concernant l’enfant.
Bien évidemment, la démarche proposée n’exclut pas une vigilance critique concernant l’état de l’enfant et l’aboutissement du processus peut être de conclure pour soi, de dire à la famille et de signaler à l’extérieur que l’enfant est en situation de danger.
Ce qui change, c’est la rigueur dont s’entoure l’intervenant pour analyser la situation mais aussi, et peut-être surtout, c’est l’implication de la famille dans cette analyse et sa prise en compte comme acteur et partenaire.
En outre, cet outil a permis de systématiser une manière d’envisager le changement que peuvent s’approprier d’autres sphères de travail.

télécharger le pdf