logo travailler le social

7/08/2022

La philanthropie et l’action sociale

Gwenaëlle Francis et Laurie Vanbiervliet ont décidé de s’engager dans un Master en ingénierie et action sociale. C’est dans ce cadre qu’elles se sont intéressées aux différents modes de financement du secteur social et qu’elles se sont rendues compte que la dimension philanthropique y était significative.

télécharger le pdf

30/04/2022

Violences institutionnelles face à l’errance des jeunes

Violette Núñez Tolin est en colère . Les situations qu’elle rencontre obligent à ce sentiment . Mais elle ne peut s’arrêter là . À défaut de solutions faciles , il y a des constats à faire , des questions à poser , des interpellations . Le travail social est éthiquement exigeant . C’est à chaque mot que Violette le répète . Tous et toutes ne doivent pas s’engager dans leur métier de la même façon . Mais il y a des valeurs qui sont incontournables . Ces valeurs doivent être un phare permanent qui guide les institutions et les professionnels . Les valeurs sont un fondement . Mais elles ne sont pas tout . L’engagement de Violette vise aussi à comprendre . Et la compréhension exige de nourrir la réflexion . L’article ci-dessous est un mélange entre cette colère , son écoute et ses observations . Des apports plus conceptuels donnent un cadre important à ce mélange .

télécharger le pdf

30/03/2022

De l’ombre à la lumière. Trajectoires de filles descendantes d’immigrés maghrébins

Soumia Lahdily a une belle expérience dans un service social au sein d’une école secondaire, ce qui lui a permis de rencontrer de très nombreux jeunes, notamment des jeunes filles maghrébines. C’est dans le cadre du certificat de santé mentale en contexte social (faculté d’anthropologie de l’UCL) et à partir d’une recherche de terrain plus large qui concerne les jeunes de Molenbeek, qu’elle décrit les stratégies et négociations qu’elles développent dans leurs relations affectives à l’adolescence.
Soumia Lahdily est maintenant enseignante pour la formation de futurs assistants sociaux à la Helha à Charleroi.

télécharger le pdf

10/02/2022

Le travail émotionnel des assistants sociaux

Entre autres caractéristiques de Maude Van Veerdegem, on peut pointer l’observation, l’envie d’apprendre, l’envie de comprendre. Maintenant assistante sociale (en Maison de Repos), c’est tout naturellement qu’elle poursuit sa formation à la Faculté ouverte de Politique Economique et Sociale (Fopes à l’UcLouvain), histoire de bien complexifier encore sa réflexion. L’envie de réfléchir, mais aussi l’envie de partager ses réflexions autour d’une partie invisible du travail social. Au travers d’un article par exemple. Cet article qui en appelle d’autres ! Un article écrit, à partir de deux expériences de stage, d’une première expérience professionnelle, mais aussi de multiples rencontres. Des expériences dont Maude ne sort pas indemne. Parce que c’est son choix. Elle n’en sort pas indemne, mais ce partage et ce passage par l’écrit la rendent aussi mieux prête à affronter le métier qu’elle a choisi.

télécharger le pdf

27/01/2022

Action collective et transition

Un article de Gaëlle De Backer, Marie Didriche, Silvie Philippart de Foy et Laetitia Steylemans.
Professionnelles du non-marchand (le travail social, la culture, la santé), curieuses de la société et de son évolution, c’est parce qu’elles sont intéressées et/ou participent à des mouvements citoyens, parce qu’elles écoutent ou lisent ce que disent et racontent les gens, parce qu’elles sont attentives à la nature, aux questions environnementales et notamment aux liens fondamentaux entre l’environnement et le bien-être des humains, que, dans le cadre d’un master en ingénierie et action sociale, les autrices se sont mises en recherche et proposent cet article sur la thématique des initiatives de transition comme mouvement de transformation sociale.

télécharger le pdf

24/11/2021

Le droit à la parole des publics du travail social

Intervention de Marc Chambeau en réponse à l’invitation à la journée de rencontres et de réflexions du 24 novembre 2021 des coordinations sociales de Saint-Gilles et de Forest sur le thème « Quelle place pour la parole des publics dans le travail social? ». Marc Chambeau est enseignant à l’Institut Cardijn (HELHa) à Louvain-la-Neuve. S’il participe à cette journée c’est en tant que membre du bureau du Comité de Vigilance en Travail social (CVTS). C’est, notamment, parce qu’il est Président de la Fédération des Maisons de Jeunes (FMJ) qu’il s’intéresse particulièrement à la parole des publics et à leur participation à la vie sociale et culturelle, les Maisons de Jeunes étant des lieux où de nombreux animateurs essaient de faire vivre cette parole et cette participation.

télécharger le pdf

6/11/2021

Isolement social, jeunes et jeux vidéo, quelles possibles interprétations?

MelvinVerhoeven est un geek... et un travailleur social.Quel rapport ? Son expérience des jeux vidéos, les lectures qu’il a pu faire autour de ce monde virtuel, l’ont amené à poser un regard sur les publics qui fréquentent ces mondes, mais aussi un regard sur les regards qui sont posés sur eux. Sans nier les risques potentiels de telles activités pour les jeunes, il réfléchit surtout sur les dimensions positives et constructives de telles pratiques. Loin de considérer ces « gamers » comme des jeunes en danger, il développe dans cet article une diversité d’intérêts que les jeunes, et potentiellement des adultes, et donc des professionnels pourraient trouver dans le contact avec ce type de jeux.

télécharger le pdf

30/09/2021

Le travail des personnes détenues: contours et enjeu

Femme engagée, Astrid Destexhe s’est questionnée sur la problématique du travail effectué par les personnes en détention. Elle a souhaité approfondir cette problématique dans le cadre de l’élaboration d’un mémoire dans le master en sciences du travail à l’UCLouvain. Pour cette recherche, elle a été accompagnée par Thierry Dock dont les activités professionnelles et militantes portent sur l’insertion socioprofessionnelle des personnes fragilisées. 

télécharger le pdf

10/05/2021

Travailler le social en images / Work in Progress

L’atelier Travailler le social en images a pour projet de faire émerger au travers de différents supports (photographie, cinéma, illustration, textes, son ou création numérique) les réalités et pratiques sociales qui nous entourent et de les questionner en de vue transformer les représentations que nous en avons et de soutenir un projet de société qui soit plus égalitaire, solidaire et démocratique. En attendant de pouvoir organiser une exposition/rencontre, les participants de cet atelier vous convient à découvrir ici une ébauche de leur démarche.

télécharger le pdf

2/04/2021

Comprendre l’instrumentalisation du travail social. Genèse et particularités de l’État social

Ce texte émane de l’enregistrement de l’intervention de Bernard Hengchen à l’occasion de la première matinée de formation sur la déontologie et le secret professionnel en travail social dispensée en mars 2013 par le Comité de Vigilance en Travail Social, la Fédération des Centres de Services Sociaux et la Ligue des Droits de l’Homme. Il a été retranscrit et mis en forme par Fanny Chavée, Daniel Fastenakel et Marc Chambeau.

télécharger le pdf

1/03/2021

La Belgian Pride: les enjeux d’une mobilisation au service de l’égalité et d’une plus grande justice sociale

Jeune ingénieur social et infirmier spécialisé en santé communautaire, René-Pierre Fontaine se nourrit de ses derniers acquis conceptuels et de son expérience en Education à la Vie Relationnelle, Affective et Sexuelle (EVRAS) pour faire part d’une brève réflexion sur les enjeux sociaux, culturels, juridiques et politiques d’une mobilisation dénonçant chaque année les pratiques discriminatoires envers la communauté LGBTI+ : la Belgian Pride. Une lutte acharnée et inclusive au nom de la tolérance, de l’égalité et d’une plus grande justice sociale, qui commence seulement à payer.

télécharger le pdf

2/02/2021

Maison de justice et secret professionnel. A propos de consommations « problématiques»

Quand Thomas Blondiau était étudiant assistant social à Cardijn (Helha), (il est désormais diplômé et actuellement étudiant en master de criminologie…) il réalise un stage en Maison de Justice. Il y rencontre diverses situations, parmi lesquelles celle-ci, dans le cadre d’une libération conditionnelle, qui l’interpelle particulièrement. Il est donc question dans cet article de la déontologie de l’assistant de justice, notamment concernant les informations à transmettre aux autorités mandantes, particulièrement les informations qui concernent des consommations que la justice juge problématiques.

télécharger le pdf

27/01/2021

La décatégorisation, entre ouverture et indifférence

Julie Debucquoy réalise un stage de troisième année d'école sociale au Québec dans une coopérative qui lutte contre l'exclusion sociale et la pauvreté en favorisant la mixité sociale. Un monde dans lequel le travail communautaire, l’intervention en réseau, les espaces de rencontres mixtes, les partenariats et collaboration sont rois, un contexte qu’elle imaginait idéal. Elle observe, apprend et agit pour se rendre compte que tout n’est pas si rose dans le monde du dehors, sans jugement, sans catégorie, sans distinction.

télécharger le pdf

7/01/2021

En quoi le rap français peut-il être facteur de mobilisation et de résistance?

Antoine Laune est éducateur spécialisé en activités socio-sportives et titulaire d'un Master en Ingénierie et Action Sociales. Travailleur social de terrain depuis plus de deux années, il travaille actuellement au sein de l'asbl EnéoSport en qualité d'animateur sportif. Ses travaux de recherche portent sur le rap et la mise en place d'événement sportifs comme stratégie d'une organisation.

télécharger le pdf

8/11/2020

Le sillonnage une pratique originale de travail de rue

Dans le cadre de sa 3ème année à Cardijn (Helha), Clémence Corten effectue un stage à l’ASBL Terres Rouges, à Cotonou (Bénin), et rencontre de nombreux enfants en situation de rue. Terres Rouges a mis en place ce qu’ils appellent le  «sillonnage ». Clémence n’a pas tout de suite compris la nécessité d’une telle pratique. Comment être utile sans réaliser d’aide concrète ? Comment arriver à des résultats  ? Que faisaient-ils à part discuter et jouer ? Ce n’est que progressivement que l’impact du travail social lui est apparu. Clémence a découvert une pratique moins institutionnalisée, plus libre, où le professionnel est un réel acteur de terrain. Chaque intervention de sa part est importante, peu importe son envergure. La proposition que l’auteure nous fait ici est limitée par deux aspects : C’est d’abord la spécificité locale qui crée la pratique. Ici le sillonnage se vit au marché de Dantokpa à Cotonou. Ensuite, l’analyse ne se base que sur l’expérience de Terres Rouges, lieu institutionnel de l’observation et de l’expérimentation de Clémence. Il n’en reste pas moins une plongée dans les réalités quotidiennes de ce marché de Dantokpa, et une proposition concrète de travail social qui nourrit la réflexion.

télécharger le pdf

14/09/2020

Le management par les valeurs questionné dans le cadre du non-marchand

Dans cet article, Vanille Wattiez défend la thèse selon laquelle le non marchand est un lieu particulièrement propice à la mise en œuvre d’un management par les valeurs. Après un détour par la notion de valeur, elle en dessine les grands traits et met en évidence les enjeux centraux. Elle analyse ensuite, la manière dont chacun d’eux se réalise, en quoi le non marchand y est propice mais aussi et surtout, quels sont les risques non négligeables auxquels il faut être attentif.

télécharger le pdf

4/01/2020

projet Résurgence – à la recherche de jeunes “disparus”

Julie Orban et Quentin Lanthier nous relatent ici une experience de recherche action portant sur des jeunes de 15 à 25 ans de la region de Charleroi en décrochage tant de la formation que de l’emploi (dits les “Neets”) en vue de leur proposer un accompagnement.

télécharger le pdf

11/01/2019

de l'usage de l'humour pour le travailleur social à partir d'une pratique professionnelle en protection de l'enfance

La protection de l’enfance. Des situations émotionnellement chargées. Des pratiques professionnelles qui se doivent d’intégrer et de gérer ces émotions. Le rire. Une solution ? Ethiquement acceptable ? Les réflexions d’une jeune professionnelle, Elise Guyomar, face à la complexité de la gestion de situations où le rire trouve sa place.

télécharger le pdf

23/11/2018

le secret professionnel, un outil pour soutenir les enjeux fondamentaux du travail social

Marc Chambeau, formateur à Cardijn (Helha) et membre du bureau du Comité de Vigilance en Travail Social (CVTS), nous livre ses réflexions quant au sens du secret professionnel dans les pratiques quotidiennes des travailleurs sociaux. Au contraire de ce que l’on pourrait penser, le secret professionnel engage à beaucoup dire. Beaucoup dire, mais pas n’importe comment. Dans le contexte de l’écriture de cet article (les modifications législatives en matière de secret professionnel), l’auteur rappelle les dimensions éthiques, déontologiques, mais aussi politiques du travail social.

télécharger le pdf

27/08/2018

j'ai fait le choix de discuter

Logane Langlois avait 21 ans en 2016, quand elle a écrit son travail de fin d'étude, à partir d’une expérience de stage au Centre de Jour communautaire en santé mentale «Feu Vert» à Québec. L’article qui suit est tiré de ce TFE.

télécharger le pdf

20/02/2017

manifeste du travail social

A l’heure ou le secret professionnel des travailleurs sociaux est malmené, le Manifeste rédigé par le Comité de Vigilance en Travail social (CVTS) prend toute sa pertinence en vue de réaffirmer les principes incontournables du travail social et de dénoncer la banalisation du non-respect de ceux-ci.

télécharger le pdf

20/01/2017

familles et intervenants, une alliance vers la bientraitance

A l’origine de la recherche action que nous vous présentons ici, le questionnement des travailleurs médico-sociaux de l’Office de la Naissance et de l’Enfance relatif à un malaise et des inquiétudes face à des situations dans lesquelles se confrontent la question du droit d’ingérence de l’intervenant et son seuil de tolérance vis-à-vis de pratiques familiales qui ne paraissent pas d’emblée concourir au bien-être de l’enfant, sans être clairement de la maltraitance avérée.
Les options prises dans cette recherche ont été d’une part, de réfléchir en termes de promotion de la bientraitance plutôt qu’en prévention de la maltraitance et d’autre part, de considérer la rencontre entre la famille et l’intervenant comme une relation interculturelle, dans laquelle une nécessaire mise à jour et une confrontation des représentations et des valeurs de chacun, doivent être mises en œuvre en vue de construire un projet commun autour de l’enfant.

De cette recherche a émergé un outil méthodologique développé en différents axes qui permet à l’intervenant de baliser et de structurer sa démarche réflexive visant un changement de pratiques concernant l’enfant.
Bien évidemment, la démarche proposée n’exclut pas une vigilance critique concernant l’état de l’enfant et l’aboutissement du processus peut être de conclure pour soi, de dire à la famille et de signaler à l’extérieur que l’enfant est en situation de danger.
Ce qui change, c’est la rigueur dont s’entoure l’intervenant pour analyser la situation mais aussi, et peut-être surtout, c’est l’implication de la famille dans cette analyse et sa prise en compte comme acteur et partenaire.
En outre, cet outil a permis de systématiser une manière d’envisager le changement que peuvent s’approprier d’autres sphères de travail.

télécharger le pdf